L'univers de Britannia Index du Forum
 
 
 
L'univers de Britannia Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Amaëlle Baalath

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'univers de Britannia Index du Forum -> RP -> Présentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sara-kun
Crevette tyrannique

Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2010
Messages: 534
Localisation: Se refait une santé en inhalant la fumée toxique d'un volcan.
Féminin
Personnage(s): Amaryllis, Amaëlle, Saranaëlle
Messages RP: 465
Moyenne de messages RP: 0,87

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 21:20 (2012)    Sujet du message: Amaëlle Baalath Répondre en citant

Nom : Baalath
Prénom : Amaëlle
Race : Humaine
Age : 19 ans
Profession : Ménestrelle.
Classe : Invoqueuse
Sous-classe : Mage élémentaire
Lieu de naissance : Zexxion – Royaume de Lulyde. Y vit encore.
Divinité adorées : Aucune
Affinités : Sœur adoptive d’Isley Baalath et amante de Will.
Alignement : Bon.

Histoire du personnage : C’est un trente décembre, alors qu’il neigeait dehors que la petite Amaëlle Alycia Baalath naquit. Adriel Baalath avait dix-huit ans et Lystra Baalath, vingt, à la naissance de leur fille.
Dès son plus jeune âge, Amaëlle fut choyée et considérée comme un trésor. En effet, l’enfant avait la chance d’être la petite fille d’Huxley Baalath. Le vieil homme dirigeait, depuis de longues années, une des plus grandes écoles de magie de Britannia. Veuf sans enfant, il s’était pris d’affection pour Adriel, un orphelin très doué en magie et l’adopta, faisant de lui son héritier à la direction de l’établissement. Et, l’année de la naissance d’Amaëlle, un professeur de magie noire dans cette école.
Ecole dans laquelle Amaëlle entra naturellement alors qu’elle fut à peine âgée de quatre ans. Pour la petite fille, il était normal qu’elle y étudie la magie élémentaire, se doutant très peu que les enseignements dans cet établissement étaient très onéreux et les élèves choisis sur le volet. En effet, des apprentis mages venaient des quatre coins de Britannia pour y étudier. Mais ceci n’atteignait pas l’enfant.

En même temps que ses cours de magie, la petite Amaëlle apprenait le violon et le piano avec son grand-père. La petite s’avèra particulièrement douée et motivée, ce qui poussa le vieux directeur à inscrire cette dernière au conservatoire de la ville. En plus de ses deux établissements scolaires – Amaëlle avait, de ce fait, des horaires arrangés -, l’enfant apprenait les bases de la culture générale et autres rudiments avec ses deux parents.
Adriel Baalath, anciennement orphelin, avait été remarqué par Huxley, dans un petit orphelinat d’Harmonia, pour ses capacités magiques et son caractère exemplaire. En effet, Adriel était ce genre d’homme très calme qui obéissait en souriant, incapable de réellement hausser le ton, le cœur sur la main… un père dont une enfant ne pouvait que rêver. Quand il ne donnait pas des cours de magie noire à Hobbs, Adriel passait le plus de temps possible avec sa famille.
Lystra Baalath, née Shamanah, quant à elle, était bibliothécaire dans la grande bibliothèque de Zexxion – bien connue pour la richesse et la rareté de ses ouvrages. C’était d’ailleurs à cet endroit qu’elle avait rencontré Adriel, deux ans plus tôt, alors qu’il venait d’arriver à Zexxion. Originaire d’une famille plutôt bourgeoise – même si son mariage n’avait fait que lui ajouter de la richesse -, la jeune femme avait toujours été quelque peu impressionnante, de par son physique et son comportement. Physique dont Amaëlle avait hérité.
Tout comme sa mère, la petite fille arborait une longue chevelure lisse noire, qui descendait jusqu’au milieu de son dos, un teint pâle, des traits lisses et deux yeux couleur de feu qui scintillaient au milieu de son visage. De son père, Amaëlle avait hérité le fait que ses cheveux soient des plus épais et difficiles à coiffer. En effet, Adriel avait les cheveux naturellement en bataille et la mère de l’enfant mettait beaucoup de temps à faire tenir ses cheveux dans une belle coiffure. Franchement, Adriel aurait pu se garder ça !

Tout se passait donc très bien pour la petite Amaëlle qui suivait normalement tous ses cours. Très vivante, la petite fille n’arrêtait jamais de faire quelque chose, elle ne tenait pas en place – ce qui faisait bien sourire ses proches. Quand elle rentrait, Adriel était souvent accompagné d’un groupe de jeune d’un peu plus d’une dizaine d’années, enfants qui étaient ses amis à l’orphelinat. Malgré des débuts difficiles avec certains, l’enfant se lia d’une amitié très forte avec Célise, Caleb et Will, les trois orphelins.

Bien que son niveau en magie ne soit absolument pas des plus mauvais, les proches d’Amaëlle durent rapidement reconnaitre que sa spécialisation allait plus du domaine musical… particulièrement du violon, où l’enfant excellait. La jeune Baalath aimait beaucoup la magie, pas de problème avec ça, mais la musique… c’était plus que de l’amour, elle avait besoin d’en faire, que c’était ce qu’elle avait à faire.
Pour faire plaisir à ses proches, Amaëlle continua son enseignement en magie. Pourquoi pas ? C’était sympathique, de faire manier les éléments comme ça. L’enfant n’était toujours pas consciente de sa chance d’étudier à Hobbs…

Mais la petite vie sans bavure d’Amaëlle allait vite prendre un chemin plutôt sombre. En effet, l’année des six ans de la petite fille, Huxley tomba gravement malade. Une maladie dont il ne se releva pas. Endeuillée, l’enfant perdit de sa joie de vivre et se vit naître une réelle haine des vêtements noirs et des bouquets de fleurs, ceux-ci ne lui rappelant que la tristesse d’un deuil. Tout alla ensuite très vite : Adriel fut nommé nouveau directeur de l’école et croula sous le travail qu’il ne savait pas encore gérer, aussi passait-il de moins en moins de temps avec sa famille et Amaëlle dut, de ce fait, suivre des cours avec une préceptrice. Préceptrice qu’elle refusa avec virulence : c’était ses parents ou personne !
Après une courte explication avec un Adriel fatigué qui lui demanda de coopérer, Amaëlle accepta à contrecœur.

Lystra, pendant cette période de deuil, fit comprendre à sa fille que celle-ci avait eu la chance d’étudier directement à Hobbs sans même passer d’entretien parce qu’elle était la petite-fille d’Huxley et devait maintenir cet honneur en sa mémoire. Aussi les priorités de l’enfant s’inversèrent et, sans l’arrêter pour autant, la musique de la petite fille prit un peu la poussière, son niveau stagnant. Sa magie, quant à elle, ne s’était jamais autant développée.
Ce fut d’ailleurs cette année-là qu’Amaëlle montra un certain intérêt pour l’invocation, imaginant que le lien entre le mage et les esprits ne pouvait être qu’une belle chose…

Un malheur en entraînant un autre, les trois orphelins vinrent faire leurs adieux à l’enfant quelques mois plus tard, lui expliquant qu’ils devaient partir pour évoluer. Lui donnant une lettre d’adieu à faire lire à Adriel, les quatre amis partagèrent une dernière étreinte avant de se séparer… définitivement ? Décidément… tout son monde s’écroulait.

Très vite, l’enfant de sept ans retourna pleurer sur son violon, jouant des mélodies qui arrachaient le cœur… Difficilement, la famille Baalath essayait de se remettre sur pieds après le cruel deuil qui les avait brisés. Bettina et sa sœur Chéryl, les deux seules domestiques de la maison – depuis combien de temps ? elles travaillaient déjà ici à l’arrivée d’Adriel, de ce qu’il avait dit… - travaillaient un peu plus qu’avant et aidaient la famille à remonter à la surface sans pour autant noyer leurs souvenirs. Aussi fut-ce l’idée de Bettina de continuer à acheter du chocolat « Sweet Elisabeth » de la grande maison Michaelis, petit pêché mignon de l’ancien directeur.
Cependant, même cette petite remise sur pieds ne semblait pas prête de durer…

Un soir, alors qu’elle rentrait d’une dure journée à enchaîner plusieurs heures de magie élémentaire et de conservatoire à la suite, Amaëlle rentra mollement chez elle – en avance parce qu’un professeur devait jouer en concert ce soir et les avait lâchés avant. Ayant repris son ancien rythme de vie, la petite fille était fatiguée… mais considérait cela comme une étape importante pour la remettre sur pieds.
Ce soir là, il n’y avait personne dans la maison. Bettina & Chéryl étaient en congés et Adriel, en réunion, avait prévenu qu’il rentrerait tard. Mais où était Lystra ? Montant les larges escaliers qui menaient aux chambres, Amaëlle déposa son sac dans la sienne et commença à chercher sa mère à l’étage. Entendant du bruit dans une chambre, elle y entra, pensant y trouver ses parents – peut-être Adriel avait-il pu rentrer plus tôt ! Mais quelle ne fut pas sa surprise de trouver sa mère, dénudée, dans son lit conjugal… dans les bras d’un autre homme. Un homme qu’Amaëlle ne connaissait pas.
L’enfant se souvenait avoir déjà surpris son père et sa mère ainsi mais Adriel lui avait expliqué, rougissant, qu’il s’agissait d’une chose que deux adultes faisaient quand ils étaient amoureux… mais cet homme n’était pas Adriel. Lystra aimait-elle un autre homme ?
Sans donner plus d’explications à sa fille, la bibliothécaire la menaça, la faisant ainsi promettre qu’elle ne dirait rien à Adriel… Mais pourquoi ?

Le quotidien d’Amaëlle devint peut à peu insupportable, Lystra en venant souvent aux mains pour être certaine de lui garder la bouche fermée et la petite fille, s’étant discrètement renseignée, savait que Lystra faisait un adultère. Et que c’était grave.
Adriel, quant à lui, voyait sa fille perdre la joie qu’elle avait retrouvée de jour en jour, sans comprendre.

Alors que la petite fille était âgée de huit ans, la famille se rendit à Dissydia où Adriel avait une réunion importante qu’Amaëlle ne comprenait pas. Une fois le directeur dans la grande salle de réunion, Lystra laissa sa fille seule, répliquant qu’elle avait des gens à voir… Encore un amant ? L’enfant l’ignorait… mais elle se retrouvait seule.
Déambulant mollement dans les rues de Dissydia, la petite fille fut bousculée et, relevant les yeux, se trouva nez-à-nez avec Will, qu’elle n’avait vu depuis plus d’un an.
Une fois tranquillement cachés dans une ruelle – pourquoi se cacher ? -, l’enfant Baalath et l’orphelin discutèrent. Après les larmes de joie d’Amaëlle de voir son ami en parfaite santé, les deux jeune gens recollaient doucement les morceaux. Ne pouvant mentir à Will, la petite fille lui avoua le mal qui la rongeait. Mal qui offusqua l’orphelin, celui-ci faisant promettre à l’enfant de dire la vérité à son père. Avant qu’ils se quittent, le jeune homme offrit un joli ruban de velours vert à la mélomane, se souvenant que son anniversaire aurait lieu dans quelques jours. En échange, la petite fille lui offrit une tablette de chocolat de la maison Michaelis et son épaisse écharpe de laine blanche, afin qu’il ne tombe pas malade.
Ce fut donc plutôt une bonne journée.

Quelques jours plus tard, Amaëlle était décidée à dire la vérité à Adriel. Seule à la maison – avec Bettina qui cuisinait un dessert dans la cuisine et Chéryl qui rangeait les vêtements lavés et secs -, l’enfant attendait dans sa chambre. Quand la porte de celle-ci s’ouvrit, Amaëlle commença à dire qu’elle avait quelque chose à avouer, pensant qu’il s’agissait de son père… mais se retrouva nez-à-nez avec sa mère. Mère qui paniqua en comprenant ce que s’apprêtait à faire l’enfant. Dans un élan de panique, Lystra en vint de nouveau aux mains. Rapidement, sans qu’elle n’ait le temps de le comprendre, Amaëlle sentit une douleur vive lui traverser l’épaule alors que sa mère venait de la pousser contre le large miroir de son armoire. Miroir qui éclata sous le choc.
Certainement alertée par un quelconque cri, Bettina se précipita dans la pièce et, guidée uniquement par son instinct, emmena Amaëlle à l’hôpital, aidée par sa sœur. Prévenu par Chéryl, Adriel arriva aussi vite que prévu et Elias, son ami médecin, lui expliqua la situation : Amaëlle s’était ouvert l’épaule contre le miroir er des éclats étaient entrés dans la plaie… sectionnant ainsi des nerfs. Rien ne pouvait assurer que son épaule bougerait de nouveau. Ce fut en pleurs que la petite fille s’écroula dans les bras de son père et lui raconta toute la vérité.
Ensemble, ils levèrent les yeux vers l’heure : minuit passée. Amaëlle avait huit ans.

Quelques jours passèrent, Adriel s’étant séparé de Lystra, maintenant père célibataire, essayant d’être là au plus possible pour sa fille. Cette dernière ayant l’épaule droite totalement paralysée, elle avait arrêté le conservatoire. Restant toute la journée à la maison quand elle n’allait pas en cours à Hobbs, Amaëlle n’avait plus goût à rien. Elias venait l’examiner tous les jours et cherchait une solution. Aussi, en quelques jours de rééducation, le médecin réussit à faire de nouveau bouger naturellement l’épaule de l’enfant. Seul problème : elle ne pouvait lever son bras plus haut que son épaule. Certes, c’était handicapant… mais surtout : Amaëlle ne pouvait plus jouer de violon.
S’étant rendue à l’évidence et s’estimant heureuse de ne pas être totalement paralysée, la petite fille se spécialisa sans joie dans le piano.

L’année suivante, alors qu’Adriel et sa fille commençaient enfin à s’habituer à vivre seuls – et qu’ils avaient tous les deux changé de chambre, la joie de vivre dans un grand manoir -, le directeur adopta un autre enfant. Blessée, Amaëlle s’efforça de ne pas prendre cela personnellement. En effet, elle savait la tendance qu’avait son père à ne pouvoir laisser quelqu’un dans le besoin et Isley Solal – d’un an l’ainé d’Amaëlle – l’était, dans le besoin. Manquant de peu de mourir, il se retrouvait seul à dix ans : son père s’étant séparé de sa mère et vivant dans le royaume de Lorelia et sa mère ayant été enfermée en hôpital psychiatrique. Adriel l’avait alors pris sous son aile.
Les débuts d’Isley Baalath furent très laborieux et les deux enfants ne s’entendaient pas du tout. Quand ils ne s’ignoraient pas, ils se lançaient des monstruosités plus affreuses les unes que les autres au visage. Amaëlle était jalouse. En plus d’être maintenant choyé par Adriel, Isley était violoniste. Quel enfer.

Mais, contre toute attente, la relation des deux enfants s’adoucit naturellement – quelques événements comme la mort d’Eleni Dunbar, qu’Isley aimait beaucoup, aidant – et Isley et Amaëlle devinrent un frère et une sœur fusionnels. Tous les deux plutôt instables, leur comportement n’était des plus exemplaires et ils s’encourageaient ensemble dans cette voie… allant jusqu’à se permettre de sécher des cours de magie. Bah, leur père était le directeur, que risquaient-ils ?

Portés sur la bouteille et la cigarette, Amaëlle et Isley allèrent même jusqu’à découvrir l’amour ensemble puisqu’ils décidèrent de passer une nuit ensemble, ‘’pour essayer’’ alors qu’ils étaient âgée de quatorze et quinze ans. Nuit plutôt décevante, mais qui ne l’était pas la première fois ?
La même année, une bonne surprise attendait la jeune femme dans le grand hôpital de la ville, où elle et se frère faisaient quelques représentations. En effet, un jour, alors qu’Amaëlle était venue voir Elias pour faire une petite réserve d’antidouleur et que le médecin examine un peu la jeune femme – il trouvait étrange qu’elle souffre tout le temps de migraines plutôt violentes -, Amaëlle avait gratté quelques accords de guitare pour patienter, Elias était en consultation. Quand elle avait relevé la tête, plusieurs enfants malades de l’hôpital s’étaient assis devant elle, l’air émerveillé. Heureuse de donner aussi simplement du bonheur et retrouvant, ainsi, une réelle raison de jouer de la musique, la jeune femme venait souvent jouer pour les enfants malades.
La même année, Amaëlle s'intéressa au chant - chose qu'elle pouvait faire sans utiliser ses bras - et s'y découvrit une réelle passion.
Ce soir là, alors qu’elle venait de finir, quelqu’un vint lui parler : quelle ne fut pas la surprise d’Amaëlle de voir Will ! Will, le même orphelin qu’elle avait croisé six ans plus tôt dans une rue de Dissydia. Celui-ci lui avait promis, quand il était parti de Zexxion, de devenir médecin… et avait réussit ?
La joie d’Amaëlle fit vite place à un autre sentiment : du mal-être. Elle, n’avait-elle pas promis aux trois orphelins de devenir une belle personne ? Pouvait-on qualifier une adolescente alcoolique et instable de belle ? Certainement pas. Crispée, Amaëlle avait commencé par rejeter l’orphelin avant de se rendre compte de son injustice et venir s’excuser chez lui le soir même – ayant eu son adresse par Elias.
Lentement, ils pouvaient recoller les morceaux et redevenir deux personnes très proches…

L’adolescence des enfants Baalath continua comme elle avait commencé, entre cours de musique, cours mal suivis de magie, cigarette, chin’seï, alcool et plaisirs charnels avec un peu n’importe qui – et entre eux. Amaëlle et Isley étaient heureux ainsi et l’assumaient.

L’année des quinze ans d’Amaëlle fut mouvementée. En effet, alors qu’elle se rendait par hasard chez lui, la jeune Baalath trouva Will accompagné, au matin.. ce qui signifiait qu’il avait passé la nuit avec une femme. A cette pensée, l’adolescente n’eut pas la réaction qu’elle voulu et se crispa avant de s’en aller. Chez elle, elle s’effondra dans les bras d’Isley, réalisant ainsi que ce qu’elle avait toujours pris pour une attirance innocente pour Will s’avérait plus sérieuse. Elle était amoureuse de Will. Mais hors de question de lui dire.
L’autre évènement fut le moment où Isley, d’un an plus âgé que sa sœur, décrocha avec succès ses diplômes de magie élémentaire – il était spécialisé dans la magie de glace – à Hobbs et de musique – avec une excellente mention – au conservatoire. Bien que consciente de l’année qui les séparait, ces diplômes firent l’effet d’une bombe à Amaëlle : elle ne s’était pas préparée à l’école sans Isley. Elle ne pouvait plus maintenant…
Pour couronner le tout, le fraichement diplômé se sentit des besoins d’indépendance qu’Amaëlle comprenait tout à fait et quitta la maison familiale pour parcourir Britannia…

Amaëlle eut énormément de mal à se faire à l’idée qu’Isley n’était plus là et se reposa énormément sur Allan, son seul réel ami dans sa classe à Hobbs – pourquoi se faire d’autres amis, elle avait Isley… ?
Sans s’en rendre compte, la jeune femme un peu perdue tomba bien vite dans une vie encore plus débauchée que celle qu’elle menait déjà. Ses soirées alcoolisés devenaient plus fréquentes, la dose qu’elle consommait plus conséquentes, ses cigarettes commençaient à contenir plus de chin’seï que de tabac… etc. Elle aimait l’état d’ivresse, ou la sensation de planer par le chin’seï… elle voulait ne plus penser.

Très vite, même trop vite pour elle, Amaëlle se laissa emporter par son entourage de plus en plus mauvais et se laissa tenter par la consommation que quelques drogues un peu plus violentes et un peu moins légales que le chin’seï… L’effet était garantie et l’état qu’Amaëlle aimait génial. Cependant, pas question de se faire prendre, aussi faisait-elle attention.
Au conservatoire, parfois, elle se permettait d’arriver un peu droguée, ses professeurs pensant qu’elle n’avait jamais été aussi bonne vu qu’elle se laissait totalement aller. Ils la qualifiaient d’artiste pour la première fois. La jeune Baalath était euphorique : pourquoi tant de débats autour de la drogue ? Celle-ci ne lui apportait pas que de bonnes choses ?

A la fin de cette année, se fut sans trop de problème qu’Amaëlle, malgré sa vie de bohème, obtint également ses deux diplômes : celui de Hobbs étant au juste niveau et celui de conservatoire avec une excellente mention à son tour.
Maintenant qu’elle n’avait plus d’obligations dans la journée, sa vie ne se résumait plus qu’à ses débordements… qui n’allaient pas, de ce fait, aller en s’arrangeant.

Un soir – quelques semaines après ses diplômes -, alors qu’Amaëlle, Allan et les quelques mauvaises fréquentations traînaient dans une taverne, drogués, une femme suivie d’un groupe de jeunes de leur âge vint parler à Amaëlle. Amusée, la jeune noble ne comprenait pas ce que lui voulait cette jeune femme jusqu’à ce qu’elle expliqua la raison de sa colère envers la fille du directeur : cette dernière avait couché avec son fiancé. Contre toute attente, Amaëlle éclata de rire, répliquant qu’elle n’avait qu’à savoir le garder et qu’il était, de otute façon, mauvais. Il n’en fallut pas plus à la jeune femme pour démarrer une assez violente rixe.
La vérité frappa Amaëlle au visage en même temps que les poings de la fiancée en colère : ne venait-elle pas de faire une sacrée erreur ? La drogue était-elle vraiment une bonne chose si cela créait ce genre de bagarre générale très violente ? Mais la mélomane n’eut guère le temps de se poser les bonnes questions qu’un des amis de la fiancée trahie sortit une lame de sa botte et attaqua Amaëlle. Prise de court, la jeune femme n’eut pas le temps d’esquiver et tout ce qu’elle vit avant de s’écrouler fut une lame se rapprocher dangereusement dans sa tête.

Quand elle reprit ses esprits, Amaëlle était dans le grand hôpital, sa famille à son chevet. Mais ne voyait plus rien à sa gauche, pourquoi ? Calmement, Elias expliqua à la mélomane qu’Allan l’avait amenée ici en panique. Qu’elle avait pris un coup de couteau dans la tête et pouvait s’estimer heureuse de s’en être sortie. Il lui expliqua également qu’ils savaient, du fait de ses examens, tous ses excès et qu’ils en étaient la cause… et qu’elle avait du en payer le prix : son œil gauche était devenu aveugle. Il n’était pas crevé, heureusement, mais la lame s’était nichée jusqu’à côté et avait, en plus de sectionner quelques vaisseaux, abimé le nerf optique. Amaëlle était borgne.

S’en suivit ensuite une désintoxication, quel terme affreux aux oreilles d’Amaëlle. Toujours dans l’obligation d’être accompagnée, l’ancienne droguée restait enfermée chez elle, ou chez Will le cas échéant…
A peine quelques jours après son hospitalisation, la jeune femme était au plus bas, chez le médecin, celui-ci tentait de lui remonter le moral au mieux qu’il pouvait. Finalement, sans trop comprendre comment, la conversation les amena vers un sujet épineux pour Amaëlle et elle et le médecin finirent par passer la nuit ensemble. Pour Amaëlle, cette nuit signifiait beaucoup de choses, c’était ses aveux muets pour Will, le besoin de le sentir contre elle, de sentir qu’il est là malgré tout… mais pour lui ? Tout ceci n’avait-il pas été influencé par la peur de la perdre ? Finalement, aucun des deux ne reparla de cette nuit pendant la désintoxication d’Amaëlle.

Pendant cette période, la nouvelle compagne d’Adriel, Myra Laban, gouvernante d’Amaryllis Dunbar, emménagea chez les Baalath, renvoyée après le départ de l’héritière en voyage initiatique…

Au bout d’un peu près un an, la jeune femme se sentit mieux et voulut, à son tour voler de ses propres ailes, ressentant son besoin d’indépendance… Aussi prit-elle la route pour devenir ménestrel, en compagnie d’Isley – qui était revenu à Zexxion pour prendre soin de sa sœur.
Avant de partir et désireuse de remettre sa vie sur pieds, ses démons loin derrière elle, Amaëlle alla s’expliquer avec Will au sujet de la nuit dont ils ne parlaient plu et, sans aveux à proprement dits mais qui se lisaient entre les lignes, les deux jeune gens décidèrent de devenir un ‘’couple officieux’’. En effet, l’ancienne droguée avait expliqué au médecin son besoin d’indépendance et de liberté, aussi ne pouvait-elle pas rester à Zexxion pour lui, ce qu’ils comprenaient. Mais ils avaient décidé d’être fidèles à l’autre et agir en tant que couple quand ils étaient tous les deux, ce qui allait parfaitement à Amaëlle.
Ce fut donc le cœur léger et bien dans sa peau que la jeune Baalath prit la route avec son frère.

Description physique : Plutôt grande, Amaëlle mesure très exactement un mètre soixante-neuf. Elancée, la jeune femme possède de longs cheveux noirs qui descendent en une cascade épaisse le long de son dos jusqu’aux cuisses. Les traits de son visage sont très harmonieux et son teint pâle met en valeur ses deux yeux rouges. Sur son front, Amaëlle laisse une longue mèche de cheveux descendre jusqu’à sa joue, masquant ainsi son œil gauche et cachant sa cicatrice entre son oreille et son œil, due à sa rixe de taverne qui a mal tourné. Son œil n’est pas crevé mais a perdu de la vie, il manque de reflets.
L’omoplate de la jeune femme est également ornée d’une assez longue cicatrice qui la traverse en diagonale. Souvenir du jour de ses huit ans.
Le seul défaut visible de son visage est du à son sommeil particulièrement mauvais. Sous ses yeux rubis sont creusées de fines cernes violacées.

Ne supportant pas être vêtue totalement de noir ou de rouge – qui sont, malheureusement, les couleurs qui lui vont le mieux, Amaëlle porte souvent un ensemble petit haut/short gris au dessus de son haut et son short noirs, un long gilet bordeaux et des longues bottes noires – pour les chaussures, ça passe - par-dessus ses longues chaussettes grises également.
Elle s’attache très rarement les cheveux. Quand elle le fait, c’est en natte ou alors noués sur une épaule.
Question bijoux, Amaëlle porte un collier et un bracelet de ficelle plutôt simples que lui a offerts Allan. A son index droit se trouve un anneau d’argent simple également mais très joli, anneau qui appartenait à Will et qu’il lui a donné avant qu’elle ne quitte Zexxion.

Caractère : Aux premiers abords, Amaëlle passe pour une personne très désagréable. En effet, plutôt complexée et mal dans sa peau, la jeune femme est quelqu’un d’assez agressif et use parfois d’arrogance pour se forger un faux complexe de supériorité. Se sachant belle, Amaëlle n’hésite pas à se servir son physique pour arriver à ses fins.
Ayant rangé derrière elle ses excès, Amaëlle s’accorde souvent un bon petit verre ou une petite cigarette – de chin’seï ou non – mais sait très vite s’arrêter, ne voulant rechuter violemment.
Génie de la musique mais s’étant peu intéressée au reste, la mélomane ne s’intéresse absolument pas aux actualités et faits divers, ce qui fait qu’elle ne reconnait pas souvent les gens connus.
Quand on commence à la connaître et briser sa carapace d’arrogance, on découvre en Amaëlle une jeune femme plutôt agréable, avec beaucoup d’humour, qui sait être une oreille attentive et est prête à tout pour les gens qu’elle aime.
Très fragile psychologiquement, Amaëlle a les nerfs fragile et fait parfois des crises de nerfs ou d’angoisse. Hyper-sensible, elle peut également fondre en larmes ou éclater de rire en quelques secondes.
Ayant toujours été choyée, la jeune noble a peut conscience de la valeur de l’argent et, pour elle, la pauvreté est une chose plutôt abstraite.

Signes particuliers : - Ne peut lever son bras droit plus haut que son épaule (souffre énormément si on l’y force).
- Borgne, ne voit plus de l’œil gauche – et a encore un peu de mal à le gérer.
- Fumeuse excessive.
- Mélomane, peut jouer de plusieurs instruments avec talent et est une particulièrement bonne chanteuse.
- A une ouïe des plus excellentes.
- Évite les miroirs et de regarder son reflet.
- A très – trop ? – souvent la migraine.
- Dort particulièrement peu et mal.

Créature : Aucune.

_________________
Blackbird singing in the dead of night
Take these broken wings and learn to fly...


Dernière édition par Sara-kun le Ven 28 Sep - 03:50 (2012); édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 21:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ryuffine
Chevalier au Pancréas

Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2010
Messages: 538
Localisation: A l'ouest.
Féminin
Personnage(s): Isley, Keziah, Will, Lulu, Noah.
Messages RP: 441
Moyenne de messages RP: 0,82

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 22:02 (2012)    Sujet du message: Amaëlle Baalath Répondre en citant

Elle fout la flippe ta madame...
Mais je valide o/ (parce que je suis gentille)
_________________
Je suis la vengeance. Je suis la nuit. Je suis... Verseau.
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:45 (2018)    Sujet du message: Amaëlle Baalath

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'univers de Britannia Index du Forum -> RP -> Présentation Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com